Rencontre avec thibault monneret

Graphiste surréaliste

Interview Thibault Monneret - Graphiste - Picturamas - Boutique affiche photographie et papier peint

Picturamas – Bonjour Thibault! Pourrais-tu commencer par te présenter à nos lecteurs picturiens?

Thibault – Je suis né à Paris en 1992, mais j’ai fait toute ma scolarité à Besançon. Après l’obtention d’un bac Scientifique, option Arts Plastiques, au lycée Pasteur, je me suis orienté vers un DUT Services et Réseaux de Communication à l’université de Montbéliard. J’ai toujours été intéressé par l’art en général. Au début, j’étais fasciné par les peintures de Picasso, je restais assis devant la reproduction de Guernica chez mes parents à scruter les moindres détails. J’ai ensuite découvert les pochettes d’album des Pink Floyd, les scènes surréalistes de Dali et le street art. C’est à ce moment là que j’ai su que le milieu créatif m’attirait et que j’ai commencé à faire mes propres collages photos.

Je me suis spécialisé dans le design graphique en DUT puis en Licence, où j’ai exploré les techniques d’utilisation des logiciels de création. Avec le temps, et sous l’inspiration d’artistes comme Erik Johansson ou Charles Davoli, mes collages photo du début se sont transformés en manipulation photo où je façonne mes propres scènes surréalistes.

Interview Thibault Monneret - Graphiste - Picturamas - Boutique affiche photographie et papier peint

Picturamas – Où en es-tu professionnellement? As-tu des projets en vue?

Thibault – Depuis la fin de ma Licence Professionnelle, j’ai compris que le secteur dans lequel je m’étais lancé était relativement bouché… Après plusieurs mois de recherches et de galère, j’ai décidé de m’aérer l’esprit au frais en partant faire une saison d’hiver aux 2 Alpes, histoire de me remettre les idées en place. Après une longue phase de doute, j’ai décidé de sauter le pas et de me lancer en freelance. J’ai d’abord fait jouer mes contacts et même avec ça, il faut dire ce qui est, c’est très compliqué d’en vivre. Coup de chance, j’ai eu un contact à la mairie d’Ornans et c’est là bas que j’ai commencé en tant que chargé de communication. Après 2 ans passés à m’éclater, en grande partie, sur des affiches de concerts pour la saison culturelle de la ville, retour à la case recherche. Une nouvelle phase de freelance, mais très courte cette fois, puisque j’ai retrouvé un contrat de 11 mois avec l’agence Wazacom, qui s’est terminé récemment. Depuis le début d’année, je suis donc de nouveau à la recherche d’un emploi et je continue mon activité en freelance. C’est comme ça que j’ai pris contact avec Picturamas.

Picturamas – À ce propos, comment as-tu entendu parler de nous et qu’est-ce qui t’as plu dans ce projet?

Thibault – J’ai connu Picturamas en me baladant dans le centre ville de Besançon. Mon regard s’est posé sur une affiche avec des lettres blanches bien « fat » et un design plutôt psyché et j’ai trouvé ça plutôt cool à l’époque. C’était en octobre 2017 je crois. En arrivant chez moi, j’ai voulu en savoir plus et le concept m’a plu: mettre en lumière des artistes de la région malheureusement trop souvent dans l’ombre, on peut qu’adhérer à l’idée!

Interview Thibault Monneret - Graphiste - Picturamas - Boutique affiche photographie et papier peint

Picturamas – As-tu des sujets favoris ou sur lesquels tu penses pouvoir tirer le meilleur de ton esprit créatif?

Thibault – Je n’ai pas forcément de sujet de prédilection mais si je devais en choisir un, je dirais le surréalisme. Créer des scènes un peu improbables qui reflètent une certaine envie de liberté. C’est une sorte d’échappatoire, la création d’un univers qui appelle au rêve, à une autre réalité.

Tout dépend du projet mais en général, que ce soit pour mes créations personnelles ou pour un client, j’essaie toujours de tirer le meilleur de ma créativité.

Picturamas – Pourrais-tu nous définir ton cheminent créatif? Par quelles étapes passes-tu entre l’idée et sa matérialisation finale?

Thibault – Au départ, il y a toujours un thème. Que ce soit pour une demande professionnelle ou même une création personnelle, il y a toujours une idée, un message à faire passer. Généralement, je couche tout ça sur papier avant de commencer en griffonnant des dessins ou même simplement des mots-clés. J’essaie ensuite de trouver les images que je vais utiliser (merci les banques d’images en ligne) et je lance Photoshop pour commencer et mettre en forme l’idée de base. Une fois que le visuel me plaît, je demande souvent l’avis à mes proches pour avoir un avis extérieur. L’idée s’est peu à peu transformée en visuel et peut maintenant être envoyée et déclinée sur différents supports.

Interview Thibault Monneret - Graphiste - Picturamas - Boutique affiche photographie et papier peint

Picturamas – Si tu pouvais rencontrer un ou deux artistes, vivants ou morts, lesquels serait-ce? Sur quoi aimerais-tu les interroger?

Thibault – Erik Johansson évidemment, le maître des photo montages surréalistes, et puisque j’ai le droit d’en choisir un deuxième, je dirais Dali. Je serais curieux de savoir l’histoire derrière chacune de leur œuvre et je demanderais à Dali d’où lui vient l’idée de la moustache.

Picturamas – Aurais-tu envie de nous de nous présenter une ou deux œuvres qui t’ont particulièrement marqué ?

Thibault – « Rage the Flower Thrower » de Banksy et « Lovin it Now » de Lora Zombie sont les 2 œuvres qui me viennent en tête. Deux artistes de la street culture mais deux styles différents: quand l’un utilise le pochoir et la bombe, l’autre utilise des éclaboussures en aquarelle avec son pinceau. Ce sont 2 œuvres que je trouve percutantes, aussi bien poétiques que politiques.

Interview Thibault Monneret - Graphiste - Picturamas - Boutique affiche photographie et papier peint

Picturamas – Quels sont tes centres d’intérêt en dehors du graphisme?

Thibault – En dehors du graphisme, il y a l’art en général évidemment. Je ne peux pas passer une journée sans musique et j’aime bien me dépenser. Un p’tit foot entre pote avec une bonne bière à la fin, c’est parfait! Chaque année j’attends l’hiver pour aller rider dans les Alpes en espérant me dégager un peu de temps pour être dans ma bulle sur les skis. Des centres d’intérêts simples en fait: des potes, de la musique, des sourires et de la bière!

Picturamas – Comment t’imagines-tu dans 5 à 10 ans?

Thibault – Je me projette difficilement car on est jamais sûr de rien finalement. Mais je pense que j’aimerais vivre de ma passion entouré des gens que j’aime. Il n’y a pas mieux comme objectif, non?

Picturamas – Une question décalée pour la fin: plutôt Catwoman ou Wonder Woman?

Thibault – Catwoman, même si je suis plutôt Deadpool.

Picturamas – Merci, Thibault, pour ta disponibilité. Voici des liens vers tes travaux: Portfolio et page Facebook.

PARTAGEZ CE CONTENU